Découvrir le code social de IndieHosters

Notre fonctionnement en détail

Depuis 2015, IndieHosters s’est spécialisé dans la mise à disposition d’outils allant du blog, au forum, en passant par le wiki ou encore la collaboration en ligne.

Ce code social est un texte qui présente les différents fondements, principes et modèles qui fondent les actions de la communauté réunie autour de l’association “IndieHosters”.

La communauté étant évolutive, ce code social est naturellement en constante évolution lui aussi, selon un processus décrit dans le code social lui-même, de manière à maintenir une cohérence et un dialogue entre les textes et les actes.

Si vous découvrez tout juste IndieHosters et/ou que vous avez peu de temps, une version brève est à votre disposition pour un premier regard sur notre mode de fonctionnement.

Statut juridique

#Association #Loi1901

“IndieHosters” est une association à but non lucratif exerçant des activités économiques soumises à la TVA, régie par l’application de la loi du 1er juillet 1901 et du décret du 16 août 1901.

Raison d’être

#InnovationNumérique #Autonomie #Collaboration #LogicielLibre #Démocratie

L’association “IndieHosters” est un collectif d’indépendant⋅e⋅s/intervenant⋅e⋅s autonomes œuvrant pour le Bien Commun et la culture du libre qui travaille pour l’émergence, l’expérimentation et la pérennisation de projets d’innovation numérique et sociétale.

En particulier l’association “IndieHosters” vise à l’autonomie des citoyens, organisations et territoires en contribuant au développement et à l’appropriation des réseaux/systèmes d’information et de communication et des outils collaboratifs sous une forme démocratique, libre et non-centralisée.

Valeurs

#LogicielLibre #OpenSource #Décentralisation #Communs #Réciprocité #Consentement #Ecologie #Démocratie #ViePrivée

  • Chez “IndieHosters”, nous croyons que la combinaison de logiciels libres, open-source et d’un service Web équitable est un moyen primordial de décentraliser et de démocratiser le Web.
  • “IndieHosters” souhaite que vous restiez indépendants et disposiez de la même liberté et du même contrôle sur vos données que lorsque vous les hébergez vous-même.
  • “IndieHosters” s’inscrit dans l’économie des communs.
  • Nous utilisons des outils/services qui respectent la nature et nous travaillons avec des partenaires qui ont une préoccupation écologique.
  • Notre gouvernance interne est fondée sur le consentement.
  • Nous croyons en la démocratie, la liberté de parole et la vie privée.

Les chartes que nous suivons :

  • https://userdatamanifesto.org
  • https://libreho.st
  • https://chatons.org/charte

“IndieHosters” s’inscrit dans l’économie des communs, c’est à dire que nous proposons de sortir du modèle classique prestataire·client pour aller vers une économie centrée sur la ressource où chaque utilisateur·trice d’un outil est aussi contributeur·trice à cet outil et partie prenante de la communauté. Nous proposons donc un modèle financier permettant la mise en place de contrats de réciprocité qui ne sont pas basés uniquement sur l’échange monétaire.

C’est également dans cet esprit que nous soutenons et contribuons à différents communs numériques.

Nous considérons qu’Internet et les outils numériques n’ont rien de virtuel : ils fonctionnent grâce à des infrastructures physiques dont l’existence est liée à l’extraction de ressources disponibles en quantités finies. C’est pourquoi, chaque fois que cela est possible, nous utilisons des outils/services qui respectent la nature et nous travaillons avec des partenaires qui ont une préoccupation écologique.

Chez “IndieHosters”, nous privilégions les relations humaines aux profits. Dans l’association comme avec tous nos partenaires, nous sommes attentifs à favoriser le dialogue et la prise d’initiative individuelle. C’est pourquoi notre gouvernance interne est fondée sur le consentement et que nous tenons à ce que les contributeurs·trices utilisant nos services se retrouvent dans cette éthique.

Nous croyons en la démocratie, la liberté de parole et la vie privée. Ainsi, avec “IndieHosters”, tout ce que vous dites et publiez sur les outils que nous hébergeons vous appartient.

Histoire

  • 2015 : lancement du projet - Offrir une expérience simplifiée et cohérente à la “google” (“click on signup”) et pour ce faire, constituer un collectif d’hébergeurs
  • 2016 - 2017 : modification de la cible - Se concentrer sur les petites organisations et les associations avec une offre de pack (nextcloud, rocketchat, codimd) en s’appuyant sur des réseaux
  • 2018 : soft et hard reboots - Création du collectif “IndieHost” et migration technique sur Kubernetes
  • 2019 : des tensions entre nos valeurs et le modèle économique - Création de l’association “IndieHosters”, tensions entre un modèle contributif (pour répondre aux besoins et budgets d’une cible associative) et un modèle prestataire-client (visant les organisations de tailles plus importantes et plus classiques)
  • 2020 : retour aux sources - Partage de notre constat face à la crise du COVID et invitation à répondre collectivement autour du projet Liiibre (Voir Pourquoi Liiibre ?).

Type de ressources

#Hébergement #Maintenance #Numérique #Contribution

L’association “IndieHosters” héberge, installe, maintient et met à disposition des ressources numériques.

Les usager·ères de ces ressources forment une communauté de contributeurs·trices.

L’association “IndieHosters” s’inscrit dans le réseau et l’économie des communs. En ce sens, elle met à disposition des ressources numériques dont elle prend soin. Parmi ces ressources, on peut distinguer :

  • les ressources numériques publiques sous licences libres

    • un chat
    • un forum
    • un site internet
    • le code de son infrastructure
    • des supports de formation
    • des outils numériques (Nexcloud, RocketChat, Jitsi, etc…)
  • les ressources numériques privées qui sous-tendent les ressources publiques

    • les serveurs et le service associé d’hébergement et de respect de la vie privée

La communauté de contributeur⋅ice⋅s prend soin de ces ressources, en assure la disponibilité et l’évolutivité, et propose également des services associés aux outils :

  • des formations dédiées / accompagnement
  • du support par email
  • du support via des canaux de chat privés
  • l’administration des instances privées

Afin d’assurer la pérennité de ces ressources, les membres de l’association se donnent les moyens de son fonctionnement :

  • établir la comptabilité avec l’aide d’un partenaire (Fincacoop)
  • établir des documents juridiques fiables avec l’aide d’un partenaire (avocat)
  • animer la communauté et maintenir sa cohésion par tous les moyens nécessaires (chat, visios, regroupements ponctuels,…)
  • organiser régulièrement des réunions et mettre à disposition les comptes rendus, les PV d’AG, etc…

Objectifs à court et moyen terme

  • Faire éclore un collectif de personnes provenant d’horizons divers, dotées de compétences/réseaux spécifiques, qui développent un regard transversal sensible aux enjeux humains, écologiques, techniques, économiques, pédagogiques, artistiques, juridiques et politiques et mues par le désir d’inscrire “IndieHosters” dans l’avenir des communs numériques.
  • Stabiliser une infrastructure technique et humaine à destination d’usager⋅e⋅s en groupe de plusieurs dizaines voire milliers. L’objectif à long terme est de pouvoir ouvrir sereinement cette ressource à destination de particuliers.
  • Soutenir le développement d’écosytèmes techniques afin d’industrialiser le déploiement d’applications libres.
  • Inscrire le collectif dans une dynamique vivante où chacun·e peut faire avancer “IndieHosters” à son rythme, sereinement et en se rémunérant justement.

Pratiques sociales

Types de membres

L’association est constituée de membres contributeurs qui forment une communauté prenant soin des ressources et qui sont de trois types :

  • Les membres sociétaires tels que définis dans les statuts.
  • les membres opérationnels sont les prestataires et bénévoles qui s’impliquent dans la marche de l’association par leurs actions. Ils disposent du droit de vote.
  • les membres bienfaiteurs sont les personnes physiques ou morales qui contribuent ponctuellement ou régulièrement à la marche de l’association par le réglement des factures correspondant aux outils et services utilisés, ou par des dons financiers bénéficiant à l’association. Ils ne disposent pas du droit de vote.

Fonctionnement

#Cooptation #Consentement

  • Les membres sociétaires décident à l’unanimité de l’ajout d’un nouveau membre sociétaire.
  • L’association est administrée par un Conseil Collégial dont seul⋅e⋅s les membres sociétaires font partie.
  • L’intégration des nouveaux membres opérationnels se fait par cooptation.
  • Hormis les décisions clairement identifiées dans les statuts comme devant se prendre à l’unanimité, toutes les décisions de la communauté sont prises par consentement. C’est un mode de prise de décision dans lequel on valide la proposition si aucun membre n’oppose d’objection raisonnable. En cela elle diffère du consensus dans lequel il faut obtenir l’unanimité avant d’agir.
  • Pour un certain nombre de points clés, la validation doit néanmoins passer par au moins un des membres du Conseil Collégial :

    • les budgets des projets
    • les modes de facturation
    • la modification d’une offre commerciale

Voir les statuts

Mise en action des individus / décisions

#Respect #Bienveillance #Ecoute #Equité #Mutualisation #Collaboration #Expérimentation #Stigmergie

Chez IndieHosters, nous privilégions dans nos relations le respect, la bienveillance, l’écoute, l’équité des temps de parole, les objections argumentées, les critiques constructives, les logiques de mutualisation et de collaboration, l’expérimentation, le droit à l’erreur,…

Les individus qui composent le collectif sont en capacité de proposer des projets, rejoindre des projets et répondre à des sollicitations faites auprès du collectif au moyen des ressources mises en place.

Dans les activités quotidiennes, les membres sociétaires et les contributeurs·trices fonctionnent sur le modèle de la stigmergie.

  • l’accueil des nouveaux contributeurs : un des membres de la communauté prend le temps d’accueillir la personne cooptée pour la familiariser avec le présent code social, notamment la notion de commun (communauté, ressource, contributions,…) et le principe de fonctionnement par consentement.
  • la mise en visibilité permanente des projets actifs, des demandes et des propositions (a minima sur le chat) :

    • on annonce ce que l’on va faire,
    • on attend au moins deux validations
    • et, si aucun blocage n’est émis, on avance
    • on documente ce que l’on fait
    • on communique sur l’existence de cette documentation

Outre ce fonctionnement très souple, et afin de préserver une dynamique de groupe, une réunion visio hebdomadaire est organisée pour faire le point sur les actions en cours.

Les droits d’accès, usage, modification des différentes ressources numériques mises à disposition au sein de la communauté sont attribués de manière transparente et documentée, en fonction des différentes profils de contributeurs (usagers, partenaires, acteurs privés et publics,…)

L’accompagnement des contributeurs·trices

#Accompagnement #Formation #TravailCollaboratif #Coopération

Chez “IndieHosters”, nous ne vendons pas des “produits” à des “clients”. Nous mettons à disposition des ressources dont il faut prendre soin, et nous vous invitons à devenir contributeurs·trices à ces ressources, c’est à dire à changer votre point de vue sur l’utilisation des outils numériques mais aussi sur vos pratiques de travail en groupe.

C’est pourquoi nous souhaitons proposer un accompagnement afin de créer une véritable dynamique collaborative et d’aider votre collectif à modifier ses pratiques pour mieux travailler ensemble.

Avec la crise du COVID, travailler à distance est devenu un besoin important des groupes, qu’ils soient associatifs, institutionnels ou entreprenariaux. Le passage aux outils numériques ne peut néanmoins pas se faire sans une modification des dynamiques de groupes et l’apprentissage de modes relationnels différents. Par exemple, pour la visio, non seulement il faut apprendre à manipuler l’outil choisi, mais il est important également de se familiariser avec des pratiques permettant de mieux fonctionner ensemble (lever la main pour prendre la parole, etc…).

Notre proposition est donc d’être à vos côtés, avec l’aide de partenaires spécialisés dans la formation au travail collaboratif, pour vous familiariser avec les outils et la coopération.

Les outils de communication

#Stigmergie #Communication #Documentation

Afin de favoriser au maximum le fonctionnement en stigmergie, des outils internes sont utilisés pour communiquer quotidiennement et documenter les projets/actions en cours.

Organisation financière et réciprocité

#Contribution #Rétribution #BudgetContributif #Réciprocité

L’association “IndieHosters” a vocation à porter des projets différents en lien avec sa raison d’être et ses valeurs. Chaque projet a son budget propre, et une partie du chiffre d’affaire est dédié au développement des logiciels libres et des communs.

L’association facture les contributeur·trices-usagers des services et les contributeur·trices aux projets peuvent facturer l’association.

La réciprocité pour un service rendu peut prendre deux formes :

  • une rétribution financière,
  • une contribution à la ressource qui est utilisée.

Les deux formes peuvent cohabiter pour un même contributeur·trice-usager. Cette réciprocité est formalisée sous la forme d’un contrat qui est fourni avec l’éventuel devis.

Les contributeurs·trices peuvent être rétribué⋅e⋅s selon un modèle de co-rémunération.

  • Les membres sociétaires qui le souhaitent peuvent mettre en place une rétribution forfaitaire mensuelle indépendante du temps passé si les finances de l’association le permettent
  • les membres opérationnels peuvent utiliser le budget contributif (tableau de rétributions)
  • les membres bienfaiteurs ne bénéficient d’aucune rétribution financière

Il est possible de passer d’un statut à un autre par co-optation.

Un budget contributif est un outil de rétribution qui permet à un collectif de s’autogérer financièrement de façon transparente et démocratique.

Concrètement, le collectif dispose d’une enveloppe, d’un budget, et va permettre à ses membres de se rétribuer selon leur implication dans le projet. Chaque membre pourra ainsi prélever sa rémunération selon ce qu’il estime juste, et ce en l’affichant en toute transparence au reste du collectif, qui pourra en cas d’abus remettre en question son estimation.

La rémunération se fait à posteriori : les contributeurs/trices ont accès à un tableau de rétributions pour chaque projet dans lequel iels indiquent les sommes prélevées chaque semaine. Lorsqu’iels estiment avoir atteint une somme suffisante, iels facturent l’association (chacun⋅e est libre de choisir la structure support pour sa facturation : auto-entrepreneur, CAE, etc…) >> Découvrir le modèle complet

Modèle technologique

#LogicielLibre #LicencesLibres #AGPL

  • Contribution à la communauté du libre côté serveur : notre code est libre et reversé aux outils que nous utilisons.
  • Licences Libres : même si l’open-source est un modèle économiquement plus intéressant que les logiciels privateurs/propriétaires, nous estimons que le logiciel libre (FreeSoftware) est un projet dont les valeurs humanistes rejoignent les nôtres. Nous avons donc choisi la license libre (GPL) dans sa version AGPL qui prend en compte l’utilisation sur des serveurs.
  • Quelques exemples de logiciels libres que nous utilisons : kubernetes, NGINX, redis, PostgreSQL, Nextcloud, RocketChat, containerd,… (voir https://k8s.libre.sh )

Dès le début de l’aventure, notre principale préoccupation était : “comment est-ce que nous contribuons à l’écosystème du logiciel libre ?”. Il nous apparaît évident que tout le code produit par “IndieHosters” soit libre et réutilisable y compris si l’association venait à disparaître.

Nous nous sommes donc posé cette question, récurrente dans le logiciel libre : “comment administre-t-on du code libre ?” (back-up/restore/scaling)

Dans une vidéo datant de 2010, Eben Moglen, avocat, s’interrogeait lui aussi : Linux est installé sur 80% des serveurs. Mais il sert à faire tourner… Facebook, Google, Twitter… Il a donc appelé à ce que la communauté du libre se réveille du côté serveur. Ce fut un appel fondateur dans la communauté du libre qui a notamment donné naissance à des projets comme [Diaspora](https://fr.wikipedia.org/wiki/Diaspora), FreedomBox, Unhosted Web Apps, ou encore Yunohost où tout est contribué en tant que paquets Debian (c’est plus long, plus lent à coder, mais c’est la seule approche qui soit pérenne et viable).

En 2014, nous cherchions la meilleure infrastructure possible, que l’on puisse développer en libre et qui puisse être pérenne si on s’arrête. C’est comme cela que nous avons choisi la technologie Docker. Même si ça prend plus de temps, nous contribuons aux outils comme RocketChat par exemple.

Aujourd’hui nous sommes toujours sur Docker et nous avons décidé d’utiliser Kubernetes qui est pour nous la suite logique de Docker. C’est un orchestrateur. Un cluster est une API pour faire tourner un logiciel sur plusieurs serveurs (scale) ce qui permet de faire en sorte que le logiciel continue de tourner si un serveur tombe.

Administrer un serveur et faire en sorte qu’il soit disponible en permanence génère beaucoup de stress individuel et demande beaucoup de temps. Mettre en place ce type d’architecture (Kubernetes) permet de se libérer de ce coût humain. Mais comme l’unité de déploiement (pod) est plus gourmande en énergie (moions écologique) cela implique que ce n’est pas rationnel de déployer cette solution pour peu d’utilisateurs.

Dans Kubernetes, on peut écrire le code sous forme d’opérateurs partageables, ce qui correspond à notre philosophie. Nous partageons notre code sur libre.sh : notre ambition est d’en faire la distribution libre de Kubernetes. La ligne de mire est une interface semblable à “Google Apps for Business”.

Modèle écologique

#Ecologie #Recyclage #EnergiesRenouvelables

Pour être cohérents avec les valeurs écologiques que nous affichons, nous mettons chaque jour en oeuvre des pratiques visant à préserver au maximum les ressources environnementales. Cela passe notamment par :

  • l’utilisation de machines et hardware d’occasion.
  • la mutualisation des services via Kubernetes (qui permet de déployer plus de services par machine et une meilleure utilisation des ressources).
  • la collaboration avec des fournisseurs qui utilisent des énergies renouvelables (par exemple l’hébergeur Hetzner).
  • l’expérimentation de services “écologiques” : serveurs éteints la nuits, pull vs push (ce qui permet de minimiser le nombre de requêtes)…
  • la sensibilisation des utilisateurs à l’écologie & à l’écologie de l’information
  • la favorisation de langages compilés plutôt que scriptés (les langages compilés ont tendance à être les plus rapides et les plus écoénergétiques, voir cette étude)
  • des offres orientées “site statique” plutôt que “machine à gaz” du type CMS avec base de données.
  • objectif à long terme : mettre en place un datacenter qui va encore plus loin dans la démarche d’expérimentation avec du hardware low-tech et à basse consommation.

Modalités de modification de ce code social

Tout membre de l’association peut proposer une modification du présent code social.

Les modifications proposées sont validées par le conseil collégial selon le processus de décision défini dans les statuts de l’association.


Version 1.0 publiée le 22 mai 2020.

leurs équipes nous font confiance